La mémoire de travail

Pendant l’apprentissage, saviez-vous que la mémoire de travail...

  • permet de maintenir l’information active dans l’instant présent?
  • permet de traiter l’information en vue de l’exécution d’une tâche demandée?
  • est prédictive du développement précoce du langage, des performances en résolution de problèmes, en mathématiques ou en compréhension de texte?
  • peut se développer à n’importe quelle période de la vie?
  • permet de jouer mentalement avec les idées?
  • permet de nous adapter avec souplesse aux changements de l’environnement?
  • permet de prendre le temps de réfléchir à ce qu’il faut faire ensuite?
  • aide à résister aux tentations?
  • aide à rester concentré?

Une toute petite intervention pour développer la mémoire de travail peut avoir un impact déterminant sur le cheminement scolaire de l’enfant. Certains chercheurs ont proposés la pratique du Taekwondo, de l’aérobic, du yoga ou encore de la méditation de pleine conscience. D’autres proposent un entraînement à la passation d’épreuves cognitives engageant l’attention, l’inhibition et la flexibilité. De plus, il faut que les tâches proposées deviennent de plus en plus difficiles, sinon l’activité peut devenir ennuyeuse.

Pour lire l’article, cliquez sur cette phrase.

par adaptationcslf

Mieux connaître le développement de l’intelligence chez l’enfant – Le rôle clé de l’inhibition cognitive

Un petit résumé d’un article d’Olivier Houdé que j’ai trouvé intéressant dans la revue Education Canada.
L’auteur parle de deux formes d’apprentissage qui utilisent deux parties différentes du cerveau: l’automatisation par la répétition et le contrôle par l’inhibition. Au début de l’apprentissage, la partie avant du cerveau est activée puisqu’il faut que le cerveau fasse un effort d’apprentissage. Lors de l’automatisation de ces apprentissages, c’est la partie arrière du cerveau qui prend le relais. La tâche devient automatique.
Dans le cas inverse, la désautomatisation, il faut apprendre à inhiber les automatismes pour changer de stratégie. C’est ce qui arrive quand l’élève a appris un concept faux qui doit être corrigé. Il y a alors un basculement de l’activité du cerveau de la partie arrière vers la partie avant pour contrôler ces automatismes. Les deux types d’apprentissages sont importants dans la vie et doivent être développés.
L’automatisme par la répétition correspond aux connaissances générales. Le contrôle par l’inhibition fait appel à l’imagination, à la capacité à changer de stratégie de raisonnement, s’adapter aux situations complexes par la flexibilité. C’est « apprendre à résister« !
Il faut donc, dans vos interventions, viser un équilibre entre l’apprentissage par automatisme et le contrôle par l’inhibition.

J’ajoute une copie de l’article ici si vous voulez le lire.

 

par adaptationcslf

Allons de l’avant avec la nouvelle année scolaire…

« Il est plus facile de bâtir un enfant que de réparer un adulte. » Anonyme

Depuis plusieurs années, les enseignants doivent composer avec des classes de plus en plus hétérogènes. L’élève ayant une intelligence supérieure et faisant preuve de talents particuliers côtoie très souvent des élèves qui connaissent de multiples difficultés. Par le fait même, l’éventail des besoins exige une différenciation de l’enseignement. L’enseignant responsable d’élèves en difficulté assume déjà un rôle de premier plan dans la modification des programmes; avec l’avènement des nouveaux programmes, l’enseignant doit à son tour relever le défi de modifier le curriculum et d’adapter son environnement pédagogique de façon à répondre aux besoins de chacune de ces élèves.

Que faire avec l’élève qui n’a jamais d’idées quand c’est le moment d’écrire une rédaction? Comment peut-on aider celle ou celui qui produit un texte totalement désorganisé? Quels moyens peut-on mettre de l’avant pour stimuler l’élève qui reste passif en situation de résolution de problèmes? Comment peut-on adapter nos stratégies pour aider l’élève qui ne peut lire des textes du niveau de sa classe? Comment peut-on fournir de l’enrichissement à l’élève qui montre des signes de douance? Quelle intervention peut-on faire pour soutenir l’élève qui maîtrise mal ses émotions et réagit de façon impulsive?

Cet extrait du livre de Martine Leclerc « Au pays des Gitans » a captivé mon attention alors que j’étais aux études du bac. en éducation…il y a déjà 13 ans. Ces mots ont guidé ma carrière et ma philosophie de l’éducation inclusive. Ils m’ont aussi supportés pendant mes études de deuxième cycle en éducation inclusive. Je travaille pour que que chaque élève vive son droit à la réussite et au succès pendant son cheminement à l’école.

Je suis heureuse de travailler avec vous en 2015-2016.

Je suis aussi heureuse d’accueillir l’arrivée de Julie Desjardins dans notre équipe. Voici son message à vous tous.

Il me fait plaisir de me joindre à cette belle équipe. Diplômée de l’Université Laval, je détiens un baccalauréat en sciences de l’éducation et un diplôme de deuxième cycle en psychopédagogie / adaptation scolaire.

J’aime relever de nouveaux défis et je suis reconnue comme étant dynamique. J’ai exercé en orthopédagogie au niveau primaire et au niveau secondaire.  J’ai aussi été  titulaire d’une classe au niveau de la maternelle et au niveau de la première année. Cette expérience m’a vraiment plu. Aider les personnes qui m’entourent et surtout les enfants est une de mes forces.                            Aussi,ma formation I.P.L.É (Reading Recovery) m’a apporté une grande ouverture face à la pédagogie et a modifié  mes interventions à tout jamais.

Ma philosophie : « Si les enfants semblent incapables d’apprendre, il y a lieu de croire que nous n’avons pas encore trouvé la façon de leur faire apprendre». -Mary Clay

Pendant tes deux premières semaines en enseignement-ressource…

  1. Rencontre ta direction afin de déterminer comment gérer ton temps (intervention/gestion/consultation) et quels niveaux seront tes priorités.
  2. Distribue les formulaires de transition qui ont été préparés en juin dernier. Il devrait y avoir deux copies pour chaque niveau: une pour la direction et une à distribuer aux enseignants de chaque niveau. Planifie un temps propice à vous deux pour réviser les formulaires afin de faire l’allocation appropriée des ressources, une référence tôt aux services d’orthophonie, d’ergothérapie, d’orthopédagogie ou autres.
  3. Informe-toi de l’emplacement des dossiers en adaptation scolaire. Familiarise-toi avec les P.E.I. (plan d’enseignement individualisé) ainsi qu’avec les plans d’action et P.I.C. (plan d’intervention du comportement). Lis les notes du rapport final de l’enseignant-ressource.
  4. Demande aux enseignants pour un moment propice d’observation dans leur salle de classe. Le but est de te familiariser avec les élèves qui ont besoin d’aide supplémentaire ainsi que cibler comment toi et l’enseignant de classe pourrez collaborer pour améliorer l’apprentissage des élèves en difficulté d’adaptation scolaire.
  • Enseignement supplémentaire individuel à l’extérieur de la classe.
  • Remédiation individuel en salle de classe.
  • Remédiation en petit groupe en salle de classe ou à l’extérieur de la classe.
  • Enseignement en équipe.
  • Consultation au besoin.
  1. Révise les adaptations et modifications de l’an dernier, avec l’enseignant.
  2. Rencontre l’orthophoniste pour prioriser les nouvelles références ainsi que ses interventions auprès des élèves. Planifie une courte rencontre à toutes les 6 à 8 semaines afin de faire le point sur le service.
  3. Collabore avec la direction afin d’organiser l’horaire des intervenants (assistants en éducation, travailleur jeunesse, monitrice/teur de langue, enseignement-ressource) auprès des élèves ayant des besoins particuliers.
  4. Avec la collaboration de l’enseignant, accompagner l’assistant en éducation afin de cibler les objectifs clés du P.E.I. de chaque élève. L’assistant en éducation devra, selon les besoins de l’élève, remplir un cahier de communication et le faire vérifier par l’enseignant ou garder des notes dans un journal de bord.

Je vous avertis…pour que ça ne soit pas une surprise… le travail d’enseignement-ressource est rempli de paperasse.

Il faut s’habituer à gérer l’entrée et la sortie de paperasse au fur et à mesure que celle-ci vous saute aux yeux tout en priorisant les interventions auprès des élèves.

Le bient-être et la réussite de l’élève doit toujours rester au centre de ton travail!

Bonne année scolaire!

par adaptationcslf

Pratiques gagnantes pour le comportement des élèves ayant des besoins spéciaux

Je vous partage aujourd’hui un site/blog qui promouvoit des méthodes positives et collaboratives qui encouragent et célèbrent la diversité des élèves ayant des besoins spéciaux et les pratiques gagnantes pour mieux gérer le comportement, parfois inapproprié.

Les populations avec l’autisme, le trouble déficitaire de l’attention avec/sans hyperactivité et avec le trouble de comportement oppositionnel sont le sujet de ce blog.

http://www.saveyoursanity.ca/index.php?option=com_wrapper&view=wrapper&Itemid=168

Bonne lecture.

 

par adaptationcslf

Le rôle de l’enseignant-ressource dans l’équipe

L’enseignant-ressource est un enseignant certifié qui a un rôle essentiel dans l’adaptation scolaire de l’enfant.

  • C’est la personne ressource qui peut diriger l’enseignant de classe dans la meilleure façon de changer ses pratiques pour différencier son enseignement afin de mieux rejoindre les besoins de tous les élèves, surtout celui qui éprouve des difficultés dans son adaptation scolaire.
  • C’est la personne ressource qui peut fournir un enseignement ciblé, supplémentaire à celui de la classe, afin d’aider l’enfant à vivre des succès scolaires.
  • C’est la personne ressource qui peut faire un lien entre le programme d’étude, la planification de l’enseignement individualisé et tous les joueurs qui forment l’équipe supportant l’enfant dans son cheminement scolaire, incluant les parents.
  • C’est la personne ressource qui est consultée lorsque des services supplémentaires doivent supporter l’enfant dans son adaptation scolaire. (par exemple: orthophoniste, assistant à l’éducation, services HEAR, psychologue)
  • Les document ici montre la différence entre les rôles des enseignants de classse et l’enseignant-ressource.
par adaptationcslf

Perspectives sur l’autisme et le syndrome d’Asperger

Comprendre ce que vit un élève exceptionnel, qu’il soit enfant ou jeune adulte, est souvent oublié dans les activités quotidiennes scolaires. Par contre, se mettre dans la peau de l’autre permet de créer des liens pour consolider la relation élève-enseignant.

Je vous propose alors trois vidéos disponibles sur youtube qui se relient au syndrome d’Asperger et à l’autisme:

1. « In my Mind ». Alex Olinkiewicz, un adolescent avec le syndrome d’Asperger, explique comment son cerveau fonctionne et comment les gens peuvent arriver à mieux comprendre ce syndrome.

http://www.youtube.com/watch?v=rbgUjmeC-4o

2. Karen, une jeune adulte, explique comment elle vit avec le diagnostique du syndrome d’Asperger,  maintenant comme adulte et quand elle était adolescente.

http://www.youtube.com/watch?v=Ayt8tLIRF_Q

3.  « Savoir plus santé »: Au début de l’émission, un homme de 30 ans explique comment il perçoit les choses différemment.  Une pédopsychiatre explique l’historique, le fonctionnement du cerveau. Il y a aussi des témoignages de parents qui vivent avec des enfants sous le spectre de l’autisme. Plusieurs parties de l’émission peuvent vous intéresser.

http://www.youtube.com/watch?v=e37TOxXv-QE

 

J’ai appris que les enfants sous le spectre de l’autisme sont très différents les uns des autres. De plus, un enfant avec le syndrome d’Asperger peut sembler très « normal » à la surface mais que certains aspects de la vie quotidienne sont difficiles à gérer.

 

 

 

 

par adaptationcslf

Différenciation pédagogique/équipe école/équipe stratégique

Bonne rentrée à tous!

Ça fait déjà une mois que l’année scolaire 2014-2015 a fait ses débuts!

Je vous invite à visiter le nouveau formulaire de référence à l’équipe école et à l’équipe stratégique dans le menu Formulaires. Des suggestions de différenciation pédagogique s’y trouvent permettant ainsi à l’enseignant de favoriser l’apprentissage de tous ses élèves dans un environnement sans obstacles. Le but de cette révision est de rendre le processus plus efficace pour l’enseignant qui demande de l’aide collaborative à cette équipe. De plus, un plan d’action des interventions permet un suivi plus serré d’une rencontre à l’autre.

Il y a aussi un nombre grandissant de demandes en technologie facilitatrice. Nous sommes engagés dans la réussite de tous les élèves et les outils technologiques sont utiles à réduire les obstacles au rendement scolaire des élèves. Par exemple, un élève qui trouve difficile la création d’un texte, peut se servir d’un organisateur graphique électronique pour créer le plan de son texte.Un formulaire de demande en technologie facilitatrice sera ajouté bientôt.

En partenariat avec le Ministère de l’éducation et du Développement de la petite enfance, nous sommes en mesure d’offrir des sessions de formation pour les élèves, les enseignants et les intervenants dans l’utilisation des technologies facilitatrices. De plus, l’utilisation de Google Drive aidera à la collaboration entre enseignants ressources d’un bout à l’autre de notre communauté scolaire francophone.

par adaptationcslf

Faire face aux événements stressants

Les catastrophes d’origine naturelle ou humaine, les attentats terroristes ou les actes de guerre, peuvent bouleverser les enfants même s’ils ne le voient qu’à la télévision ou s’ils constatent les réactions qu’ils provoquent chez les adultes qui leur sont proches. Il est normal que les enfants se sentent déprimées, terrorisés, inquiets, tristes, nerveux et apeurés devant de tels événements.

Voici une ressource qui peut vous aider à accompagner l’enfant à faire face aux événements stressants publié par l’Agence de santé publique du Canada.

http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/oes-bsu-02/pdf/comment-aider-vos-enfants_f.pdf

 

par adaptationcslf

Les fonctions d’aide utiles en adaptation scolaire

Lors du congrès de l’AQETA du 26 au 28 mars dernier,  j’ai eu l’immense plaisir d’assister à une pleine journée de formation et de partage sur comment trouver des applications pour rejoindre les besoins des élèves ayant des troubles d’apprentissage.
 
Tous les participants ont remarqué qu’il y a des tonnes et des tonnes d’apps qui font tellement des choses spécifiques. On peut se perdre en essayer de trouver un app qui aidera le mieux l’élève.
 
Cette technologie mobile peut être utilisée afin de réduire l’écart de performance entre les élèves vivant des défis en milieu scolaire et les autres élèves de la classe. Par contre, il est important de cibler la tâche, la décortiquer, identifier les besoins de l’élève afin de compléter la tâche et identifier la fonction d’aide qui rejoindra le mieux les besoins de l’élève.
 
Les animateurs, Jean Chouinard et Catherine Duprey,  nous ont proposé une démarche centrée vers l’élève et la tâche à compléter. Avec une collaboration des intervenants, il est possible d’arriver à bâtir un tableau qui pourra profiter à la communauté d’apprentissage qui utilise ces outils technologiques.
 
Je vous partage leur prezi ainsi que le tableau d’apps que nous avons travaillé dessus.
 
 
 
 C’est un début, mais plein de possibilités pour que les élèves vivant avec un trouble d’apprentissage puissent performer autant que leurs pairs.
par adaptationcslf